Pourquoi ce carnet de recherche ?

Image d’en-tête : © Alain Brion, Fondation

La rencontre du droit et de la science-fiction n’a peut-être pas la force de l’évidence. Elle n’en est pas moins opportune.

SCIENCE, SOCIOLOGIE, PHILOSOPHIE, SCIENCE POLITIQUE… ET DROIT

Une première raison militant en faveur d’une rencontre entre droit et science-fiction est que la littérature d’anticipation scientifique a d’ores et déjà été mise en relation, dans divers travaux de recherche, avec plusieurs disciplines : la science (v., p. ex., R. Lehoucq, Science et SF : une rencontre paradoxale ?, in P.-J. Delage (coord.), Science-fiction et science juridique, IRJS Editions, coll. Les voies du droit, 2013, p. 29 ; R. Lehoucq, SF : la science mène l’enquête, Le Pommier, 2007, rééd. 2012), la sociologie (A. Hougron, Science-fiction et société, PUF, coll. Sociologie d’aujourd’hui, 2000), la philosophie (G. Hottois (coord.), Philosophie et science-fiction, Vrin, 2000 ; G. Lardreau, Fictions philosophiques et science-fiction, Actes Sud, coll. Le génie du philosophe, 1992 ; G. Vervisch, Star Wars, la philo contre-attaque, Le Passeur, 2016 ; K. S. Decker et J. T. Eberl (ed.), Star Wars and Philosophy, Open Court Publishing, 2005 ; T. Shanahan, Philosophy and Blade Runner, Palgrave Macmillan, 2014), ou encore la science politique (I. Lacroix et K. Prémont (dir.), D’Asimov à Star Wars. Représentations politiques dans la science-fiction, Presses de l’Université du Québec, 2016 ; Y. Rumpala, Ce que la science-fiction pourrait apporter à la pensée politique, Raisons politiques, 4/2010, n° 40, p. 97). Dès lors, argument pris de ces associations, pourquoi ne pas essayer, également, la rencontre de la science-fiction et du droit ? Quelques ouvrages précurseurs ont déjà été publiés en ce sens au cours des dernières années (v. P.-J. Delage (coord.), Science-fiction et science juridique, préc. ; F. Defferrard, Le droit selon Star Trek, préf.  E. Jeuland, Mare & Martin, coll. Libre Droit, 1ère éd, 2015, 2nde éd., 2016 ; F. Defferrard (dir.), Le droit saisi par la science-fiction, Mare & Martin, coll. Libre Droit, 2016). C’est l’ambition du présent carnet de recherche que de s’inscrire dans le sillage de ces dernières réflexions.

DEUX CERCLES SÉCANTS

Ceci dit, il y a une seconde raison – plus importante – à la mise en rapport de la science-fiction et du droit. C’est qu’en effet, plutôt qu’éloignées l’une de l’autre, la science-fiction et la science juridique apparaissent au contraire, à l’examen, comme étroitement liées, mues par des problématiques, craintes et espérances communes. Droit et science-fiction se présentent, au fond, à la manière de deux cercles sécants, dans la zone d’intersection desquels se découvrent les mêmes interrogations et les mêmes préoccupations : interrogations et préoccupations sur l’humanité et l’altérité, sur les sociétés, leurs évolutions et leurs mœurs, sur l’avenir de l’espèce humaine, etc. (cf. Science-fiction et science juridique, préc., Introduction, spéc. p. 13-15) Bref, droit et science-fiction parlent, dans une large mesure, le même langage. Partant, non pas factice ou artificielle, c’est bien plutôt naturelle qu’apparaît la rencontre de la science-fiction et de la science juridique.

DROIT ET SF : QUELLE(S) DÉMARCHE(S) ?

Le “pourquoi” ayant été précisé, reste à savoir “comment” pratiquer la rencontre du droit et de la science-fiction. Car trois démarches, au moins, sont concevables. La première démarche peut être dite de recension ou de compilation : elle consiste à découvrir, dans les œuvres de science-fiction, des situations ou des règles juridiques (ex. : Les lois de la robotique, dans Le cycle des robots d’Asimov), et à en opérer la compilation. Assurément, cette démarche est utile qui, dans bon nombre de cas (mais pas systématiquement : une œuvre de science-fiction peut donner à réfléchir au juriste, sans pour autant qu’en son sein y figure la moindre poussière de droit), va s’avérer le préalable nécessaire à un travail de réflexion ultérieur. Mais l’intérêt de la démarche ne va pas plus loin. Plus intéressante, en revanche, est déjà la deuxième démarche, qui peut être dite de qualification : elle tend à mettre des qualificatifs juridiques sur des situations ou institutions que la science-fiction donne à découvrir (ex. : dans la saga Star Wars, la République galactique semble se présenter, juridiquement, sous les traits d’un régime parlementaire). On ne peut nier que cette approche comporte un aspect ludique, et certainement même pédagogique. Il demeure, toutefois, que c’est la troisième et dernière démarche, de prospection, qui paraît la plus intéressante de toutes : cette approche s’appuie sur la « puissance prédictive » (F. Defferrard, Avant-propos. La science-fiction comme moyen de penser le droit, in F. Defferrard (dir.), Le droit saisi par la science-fiction, préc., p. 11, spéc. p. 15) de la science-fiction pour mieux penser le droit de demain et, ce faisant, réfléchir à nombre de problématiques relevant ni plus ni moins que de la sphère du droit fondamental (ex. : la science-fiction nous décrit un monde dans lequel des clones humains sont rabaissés au rang de réservoirs d’organes – quelles solutions le droit doit-il développer pour tenir en échec l’avènement de ce futur inhumain ?). Résolument, c’est cette troisième démarche, avec ce qu’elle ouvre comme perspectives de réinterrogation de notions et catégories juridiques essentielles (la personne, la chose, le bien, les droits subjectifs, la propriété, la responsabilité, etc.), qui sera suivie dans ce carnet de recherche.

P.-J. D.